Édito : Du bonheur simple d’être vannier

La voici donc cette nouvelle maquette, annoncée et attendue, du Lien créatif ! Cet exercice est toujours une petite révolution intérieure : au niveau de l’équipe et aussi personnellement ! Changer ses habitudes n’est pas si simple, celles-ci donnent un rythme de travail, une facilité d’exécution, un confort intellectuel : on sait où l’on va. Tout repenser autrement demande du temps et de la souplesse… Mais nous avons tenu les délais, voilà votre journal entre vos mains, à vous de juger du résultat et, en retour, d’exprimer vos ressentis et vos impressions, nous en tiendrons le plus grand compte pour faire évoluer notre travail. Travail qui nous vaut toujours autant de belles rencontres et de belles découvertes… Plaisir du partage, de la reconnaissance mutuelle et des amitiés qui naissent à la croisée des chemins. L’un de vous nous a dit récemment, après une journée forte en connivence : « On ne se reverra sans doute pas, mais cette journée restera gravée là ! ». Difficile de faire plus beau compliment, d’autant qu’il était empreint de réciprocité. Le fait de partager une même passion est un ciment prompt à créer des liens et à les sceller définitivement…
On retrouve ce sentiment, même sans nous connaître physiquement (pas encore !), à travers vos témoignages et vos encouragements, si chaleureux que, quoi qu’il arrive, et quelles que soient les difficultés du moment, on ne peut que se dire, « on ne doit pas décevoir, faut pas lâcher, faut tenir bon »… Bref, vous nous mettez la pression et c’est bien ainsi, car les raisons de baisser les bras ne manquent pas…
Parmi les choses qui marquent et encouragent à la lecture de vos nombreux courriers de lecteurs, nous avons été surpris par l’évocation du plaisir pris à pratiquer le tressage sous toutes ses formes, chacun avec ses matériaux fétiches, ses envies, ses lubies.
Beaucoup de ces courriers sont arrivés au moment des fêtes de fin d’année (la période s’y prête mieux que toute autre !), votre enthousiasme et l’envie de communication y étaient évidentes. Pour illustrer ce propos, voici les mots et expressions qui reviennent le plus souvent : « c’était un vieux rêve », « j’en rêvais depuis longtemps », « une envie depuis plusieurs années », « depuis longtemps j’avais envie de… », « mon rêve c’était de… »… Le rêve, l’envie, puis le passage à l’acte, pour découvrir que le dépassement de soi est un bonheur simple, accessible, qui apporte beaucoup de plaisir et ne coûte rien d’autre qu’un peu de volonté… et d’efforts aussi !
On a beau nous rabâcher que notre société connaît une sorte de sinistrose latente et malsaine, à vous lire nous constatons le contraire ! Activité anti-morosité, la vannerie populaire  s’imposerait-elle comme le remède à toute déprime ? C’est bien possible et elle a, à n’en pas douter, encore de beaux jours devant elle. Pour preuve, le dynamisme des associations de
vanniers amateurs, qui n’ont, au passage, jamais été aussi nombreuses. Une dynamique que nous sommes en devoir d’accompagner ; c’est pourquoi, désormais, nous leur réservons à chaque numéro plusieurs pages rassemblées dans la rubrique « Le journal des associations ». Portés par ce courant constant et régulier, nous n’avons pas d’inquiétudes à avoir, la vannerie est une discipline bien portante.
Bernard Bertrand

Édito du LLC n° 19 (mars 2017), disponible en version papier ou numérique (PDF)