Les écorces, un univers méconnu !

 Extrait du n° 0 du Lien créatif

Les écorces servent à la confection de vannerie et d’objets utilitaires depuis la nuit des temps.

On connaît le liège dont on fait les bouchons, c’est une écorce prélevée sur le chêne !

L’écorce de bouleau est aussi réputée… Des canots des amérindiens, à l’isolation des maisons ou aux contenants alimentaires les plus variés, on fait de tout avec l’écorce du bouleau. Les usages des écorces de bouleau en Europe du Nord sont toujours d’actualité ; bien plus qu’en Amérique du Nord où les contenants actuellement commercialisés proviennent pour la plupart de Scandinavie ou de Sibérie.

Ötzi, la désormais célèbre momie retrouvée dans les Alpes (1991) suite à la fonte du glacier qui la retenait prisonnière, avait sur elle deux boîtes en écorce de bouleau. L’une d’elle contenait des charbons de bois dont on suppose qu’ils étaient du vivant d’Ötzi des braises incandescentes propres à permettre d’allumer un feu de camp rapidement. Ötzi elle-même habitait dans les alpes, des vanneries d’écorces de bouleau ont aussi été retrouvée en Catalogne.

Plus proches de nous sont les usages traditionnels des écorces d’arbres de nos campagnes : écorces de frêne, de châtaignier, de saule servent à réaliser trompe d’appel, sifflets et menus objets. En vannerie celle de merisier sont elles aussi appréciées.

Récolte

3 méthodes sont utilisées pour prélever les écorces :

  • Au printemps (avril-mai), directement sur l’arbre vivant (1) alors que la sève montante imprègne les tissus vivants. Le décollage est rapide et n’abîme pas l’arbre, dès lors que l’on ne touche pas à son aubier.
  • Sur des troncs morts depuis 2 ou 3 saisons (2), alors que le cœur se décompose les écorces de merisier et de bouleau restent intactes et se décollent toute seules. Elles sont plus fragiles que les premières ;
  • Après avoir fait bouillir de jeunes rejets sans nœuds dans une grande cuve. On peut ainsi récupérer les écorces des rejets de châtaignier (3) au moment des préparations des lattes larges.

Mise en œuvre

Les écorces découpées en lanières régulières peuvent être intégrées dans une vannerie ordinaire (4) sur croisées ou arceaux ; ou servir à réaliser des vanneries à nappes comme celles présentées en 5 et ci-contre dans les Pas à pas… Enfin, cousues sur elles-mêmes, les écorces permettent de réaliser des contenants de type barquette, boîtes rondes et ovales, etc.

Pour en savoir plus et confectionner vous-même une pochette en écorce de châtaignier, contactez-nous et demandez le premier numéro gratuit du Lien créatif disponible à partir de mars 2012.


Tags: ,


Notice: Only variables should be assigned by reference in /home/leliencrmm/www/wp-content/themes/storefront-child/comments.php on line 13