Edito LLC 20

L’art du renouveau

L’été est de nouveau là, et avec lui son calendrier chargé de manifestations dédiées à la vannerie. Rien n’est plus réjouissant que ces rendez-vous annuels, et même si l’on ne peut pas « être partout », chacun d’entre nous essaie de profiter d’une ou deux de ces fêtes. Parmi elles, il y a les « historiques », celles qui ont joué il y a quelques décennies les pionnières, avec un courage et une réussite qu’il faut saluer… Celles-ci perdurent, parfois sans souci de popularité, d’autres fois en subissant un certain essoufflement. Dans tous les domaines, celui de l’artisanat – populaire ou artistique – ou celui de la fête, l’art du renouvellement est un exercice difficile. La difficulté consiste à ne pas trahir l’événement dans son esprit en anticipant les besoins d’un public qui a besoin de nouveautés pour revenir.

UN EXEMPLE EN BRETAGNE

Nous avons eu l’occasion ce printemps de tester une nouvelle formule, en Bretagne. « Le village vannier » est né à Tréveneuc (22), sous l’impulsion d’un organisateur et d’une vannière dynamiques : Christophe Courcy et Carine Losay. Ce village, déployé en parallèle de la fête des plantes du château de Tréveneuc, a rassemblé une quinzaine de vanniers et a attiré 6 500 visiteurs, qui pour beaucoup découvraient l’existence et la richesse du travail des vanniers présents. Un succès tel que la formule sera renouvelée et qu’on espère qu’elle inspirera d’autres rendez-vous…

TRANSMISSION DE SAVOIRS ET COMMERCE

Mais le public n’est pas si facile à capter partout, et dans les régions « loin de tout », des organisateurs ont inventé, autour de la vannerie, de nouvelles formules festives qui fonctionnent. Les plus belles illustrations sont les succès de Montsalvy et de Bouxurulles, deux manifestations où la transmission – via des stages ciblés et des animateurs locaux (Montsalvy) ou venus de partout (Bouxurulles) –, où la transmission de savoirs d’une incroyable diversité est assurée avec talent.

Cette dynamique garantit une notoriété grandissante à ces deux petites bourgades, l’une cantalienne, l’autre vosgienne. Forte de cet engouement, la formule fait des émules. De plus en plus de manifestations pratiquent cette association entre transmission et commerce. Ce faisant, elles assurent une vraie dynamique à la discipline de l’entrelacs, puisque tout en initiant un public nouveau aux joies de la vannerie sous toutes ses formes, elles permettent aux artisans professionnels et amateurs d’écouler leur production.

L’ECHANGE ET PARTAGE

Regardez nos pages « Actualités », vous y trouverez votre bonheur, si la formule vous attire. Et puis cette année, il faut profiter de la venue de notre compatriote et ami Rachad Abdou Nourddine, qui vient nous enseigner la vannerie de palmier de sa Réunion natale. De grands moments d’échange et de partage en perspective… pour lui comme pour nous ! Gageons que ces sessions de formation vont très vite se remplir et lui donner l’occasion de nous apprendre ses techniques ! Promis, nous ferons dans nos colonnes un compte-rendu de cette visite et le portrait de Rachad Abdou, en attendant de pouvoir aller le rencontrer chez lui ! Eh oui, c’est que l’été, c’est aussi le temps des voyages (les grands !) et celui des rencontres opportunes, au détour des chemins. Cette année les pas de deux de nos contributeurs nous conduisent en Asie où se tressent des savoir-faire proches. Dans tous les cas, sur quelque chemin qu’aillent les vôtres, de pas, n’oubliez pas de prendre des clichés, pour à votre tour nous faire profiter d’un partage d’émotions que l’on sait déjà exceptionnel… Bel été.

La rédaction