Roger Gauthier, le Géo Trouvetou breton

En Bretagne, Roger Gauthier est connu comme le loup blanc ! Mais sa réputation va bien au-delà ; dans toute la France, quand vous prononcez son nom, vous avez quelques chances que l’on vous dise : « Roger, mais oui, je le connais ! ». Et s’il est connu, c’est plus pour son inventivité que pour ses paniers, qui sont pourtant de très belle qualité…

Il se qualifie lui-même de « tourneur de mottes » ! De cultivateur. De cette race de paysans-vanniers qui ont appris l’art des assemblages sur arceaux avec leurs aïeux, au coin du feu deroger cheminée. Son père, et son grand-père avant lui, fabriquaient, pour les besoins de l’exploitation familiale, paniers ajourés à pomme de terre, mannes (ou resses) à betteraves, paniers à pommes et toute autre vannerie domestique indispensable au bon fonctionnement de la ferme…

À 60 ans il part à la retraite et retrouve du temps pour pratiquer cette passion qui ne l’a jamais quitté : la vannerie rustique de pays…. Très vite, son goût pour la nouveauté et la perfection le sort de la routine du panier uniquement fonctionnel. Ses resses à lui ne sont pas faites pour aller au champ ! Marie et Roger fréquentent les rassemblements amateurs de vanniers, nombreux en Loire-Atlantique. Ils y rencontrent d’autres vanniers, qui comme eux sont à l’affût de la nouveauté ; des rencontres très stimulantes. Rapidement, il affine son geste, enrichit ses pratiques et prend de l’assurance. Comme ses collègues, il était à la fois heureux de transmettre ce qu’il savait, mais aussi avide d’apprendre de nouvelles choses. L’intégration dans les groupes de vanniers amateurs est rapide : fort de son expérience, il se retrouve vite bombardé « formateur » et contribue au développement de plusieurs associations locales de vannerie. Une expérience riche, prenante, épuisante parfois, principalement quand il faut répondre à trop de demandes et trop de sollicitations en tout genre.
L’école de la bricole
C’est que Roger ne sait pas dire non ! Il n’empêche, il ne regrette rien, il a beaucoup appris durant cette période, même s’il déplore parfois l’ingratitude de ceux qu’il a formés. Mais ça aussi c’est la vie. S’il a été autant sollicité c’est que notre ami Roger n’est pas un vannier ordinaire. En plus d’être très adroit et méticuleux, il est aussi un bricoleur né : le Géo Trouvetou* de l’entrelacs ! (* Géo Trouvetou, génial inventeur imaginé par Carl Barks pour les studios Disney)

Son obsession : trouver des trucsroger-gauthier-le-geo-trouvetou ou des méthodes qui simplifient le travail et le rendent plus efficace. Sa prédilection va aux outils qui soulagent le travail du vannier ! Cet ancien paysan, producteur de lait dans la région de Redon, a très tôt été à l’école de la bricole pour répondre aux besoins de son exploitation.

Réinventer l’outil

Sur une ferme, il y a toujours un engin cassé ou en panne, si on compte sur les autres pour réparer, on ne peut pas s’en sortir ; alors il faut apprendre à se débrouiller. À 20 ans, il reprend la ferme de son beau-père et en fait une exploitation modèle. Aussi, quand quarante ans plus tard il met ses talents au service de la vannerie, une solide réputation ne tarde pas à s’installer. Roger devient celui que l’on va voir lorsque l’on se trouve face à une épreuve, une difficulté insurmontable, du moins en apparence… Car dit Roger, « il y a toujours une solution pour tout ». On peut être sûr que, après quelques heures de réflexion, il trouvera une réponse à l’épineux problème qu’on lui a soumis. Ses cogitations l’ont conduit à inventer, ou à réinventer, de nombreux outils.

 

Pour lire tout l’article cliquez ici ou acheter la revue « Le Lien créatif n° 18 »